POLLUTION ET GROSSESSE

Les premières preuves de la présence de minuscules particules de carbone, générées par la combustion de combustibles fossiles, dans le placenta sont apportées par cette étude de l’Université Queen Mary présentée au congrès international de l’European Respiratory Society. Alors que de précédentes recherches antérieures ont mis en évidence des liens entre l’exposition des femmes enceintes à la pollution atmosphérique et la naissance prématurée, le faible poids de naissance, la mortalité infantile et les problèmes respiratoires chez l’enfant, ces nouvelles données ajoutent aux preuves existantes sur les dangers de la pollution pour les bébés à naître.